dimanche 11 juin 2017

GIEN


Château-musée de la chasse et de la nature en Val de Loire

Edifié au XVe siècle par Anne de Beaujeu à l’emplacement d’un relai de chasse, fille de Louis XI, le château a un aspect confort de la renaissance. Après plusieurs changements de propriétaires, il est acheté au XIXe siècle (1823) par le département du Loiret pour y installer la sous-préfecture, le tribunal et une prison.
Depuis 1952, le château sert d’écrin au musée de la chasse. Le musée qui vient de rouvrir, a été entièrement repensé. Des collections sur les techniques de chasse au vol, à courre et à tir.

Les collections comptent près de 15 000 œuvres appartenant à la ville et gérées par le conseil départemental (rotation régulière des œuvres). Seulement 10% des œuvres sont exposées.

Visite du musée de Gien le dimanche 4 juin 2017

Devant l’entrée du château :
Pierre Louis Rouillard : Grand Cerf (c. 1864). Bronze

Dans le hall d’entrée
J.-Baptiste Oudry (1686-1755) : La Chasse au Loup (1702). Grande composition, 4 chiens  harcèlent un loup.

J.-Baptiste Oudry : La Chasse au Loup (1746). Grande composition.


Salle présentant de nombreuses petites œuvres :
Anonyme (16e) : Artémis, ses Nymphes et Actéon

Benjamin de Rolland (1777-1855) : Portrait d’un jeune Chasseur (1816).
Gustave Molher : Dollar et Vermont (à droite)

Tapisserie (17e) : Rappel des Faucons, d’après Laurent Guyot (16e)

Antoine-Louis Barye (1795-1875) : Lion dévorant un sanglier. Bronze
-Panthère saisissant un Cerf. Bronze

Emmanuel Frémiet : Deux Chiens Basset. Plâtre

Florentin Brigaud (1886-1958) : sculpteur animalier
-Faucon Pèlerin (1956). Bas-relief sur calcaire
-Faucon. Bronze

Alfred de Dreux : Faucons et Lévriers au repos (1856)

Dans une vitrine
Pierre-Jules Mène (1810-79) : Fauconnier arabe à cheval. Bronze (en haut)
Paul Edouard Delabrière (1829-1912) : Fauconnier à cheval. Bronze (en bas, à G)
Pierre-Jules Mène : Fauconnier arabe. Bronze (en bas, à D)

Anonyme Japon (19e) : Kakemono, Oiseau de proie
Alexandre-François Desportes (1661-1743) : Faucon Pèlerin

Charles-Olivier de Penne. (1831-97) : Ferme de Sanglier. Le ferme est l'espace de forêt plus épaisse où le sanglier se réfugie.

Albert Guillaume : Le Rendez-vous (1911)

Jan Fyt (1611-61) : Chien flairant du Gibier mort

Peter Boel : Nature morte au Gibier (à G)
Alexandre-François Desportes : Nature morte au Gibier mort et au Panier de Champignons

Edouard Hyppolyte Margottet : Nature morte au Canard

Alexandre-François Desportes : Chasse au Sanglier (1724-25)

Charles-Olivier de Penne : Le Relais des 6 Chiens

Alexandre-François Desportes : Nonette (Chienne de Louis XIV) à l’arrêt
Jules Bertrand Jolibert : Quête du lièvre

J.-Baptiste Oudry : Chien Barbet faisant lever 2 Canards

François Auguste Biard : Battue en Forêt de Fontainebleau

Alphonse Frédéric Muraton : A L’affût

 Trois portraits
Jacob Duck (1600-60) : Portrait d'un Chasseur.

Nombreuses et belles armes de chasse : Arbalètes, arquebuses, fusils, etc.
Collections de chaperons pour faucons, de boutons de vènerie, etc.

Collection de trompes de chasse

La salle des trophées présente 400 pièces issues de la collection d'Hettier de Boislambert

Anonyme (16e) : Diane au Cerf dans un paysage

Lucas van Uden : St Hubert  (17e)

Willem van Herp : Diane et ses Nymphes poursuivant Daim, Cerf et Biche
C
Charles Armand : Le Miracle de St Hubert (1687)

Et d’autres œuvres vues précédemment :
Robert Knight (17e) : Fauconnerie. Nature morte.
Alexandre-François Desportes (1661-1743) : Plusieurs œuvres
Nicasius Bernaerts (1620-78) : 2 études d'oiseaux.
Govert Dircksz Comphuysen (1623-72) : Deux félins. Chats sauvages qui se disputent une proie.
Michel Kikoïne (1892-1968) : Nature morte au faisan.
Yves Brayer (1907-90) : Nature morte aux oiseaux de Camargue.
Paul Jouve (1880-1973) : Vautour.
René Perrot (1912-79) : Canard colvert.
Charles-Olivier de Penne. (1831-97) : Plusieurs œuvres sur des scènes de vénerie.






vendredi 19 mai 2017

PONTARLIER



Musée municipal d’Art et d’Histoire

Créé en 1977, le Musée de Pontarlier occupe une des plus anciennes demeures de Pontarlier (15e siècle). Le bâtiment a conservé un bel ensemble de vitraux (début 20e siècle) et des poutres ornées de motifs historiés peints (18e siècle).
Il présente sur 3 niveaux des collections liées à l’histoire de Pontarlier et à celle de l’absinthe, des collections archéologiques (de la Préhistoire au Moyen Age), des faïences, des peintures. Le Musée présente régulièrement des expositions temporaires sur des sujets variés.


Gustave Courbet (1819-77) : Autoportrait au Chien noir

Gustave Courtois (1852-1923) : Trieur de Maïs

Gustave Courtois : Le Paradis perdu

Gustave Courtois : Le Batelier du Lac majeur 

Gustave Courtois : Dionysos endormi (1906)

Charles Maire (1845-1919) : Autoportrait

Charles Louis Müller (1815-92) : Portrait de J-Philippe Worth, dit « L’Infante » (1859). Futur grand couturier

André Roz (1887-1946) : La Charité 

André Roz : L’Eglise du Frambourg 

André Roz : Femmes au Marché

André Roz : L’Arracheur de gentianes dans le Haut-Jura (1929)

André Roz : La Coupe de bois dans le Jura

Pierre Bichet (1922-2008) : Saint François d’Assise parlant aux Oiseaux (1951)
-Pontarlier, vue générale

Robert Fernier (1895-1977) : Les Skieurs (1930)

Robert Bouroult (1893-1971) : Le Bon Pasteur (1927)


Exposition temporaire de peintres Haïtiens :
Frantz Zéphirin (né en 1968) : La Reine Anacaona trahie par Ovando et pendue à Santo Domingo
-L’Arrestation de     et sa déportation en Espagne

Wilson Anacréon : Le Paradis terrestre (1991)


Exposition temporaire consacrée à deux officiers supérieurs comtois ayant servi dans la Garde Impériale : 
-Louis Joseph Vionnet de Maringoné (1769-1834) - En 1813, il est major du 2e régiment de tirailleurs de la Garde impériale, avec rang de colonel dans la ligne. Maréchal de camp au début de la Première Restauration, il ne sert pas aux Cent-Jours et exerce sous la Seconde Restauration divers commandements territoriaux, combattant en 1823 en Espagne où il est promu au grade de lieutenant-général. Baron de l’Empire, chevalier de la Couronne de Fer et commandant de la Légion d’honneur en 1813, il est fait vicomte de Maringoné en 1822.
-Louis Lonchamp (1770-1832). Commandant de la Légion d’honneur en 1809, baron de l’Empire en 1810, il est promu au grade de général de brigade en 1811. Il fait campagne en 1812 en Russie et en 1813 en Saxe. Pendant les Cent-Jours il exerce divers commandements territoriaux.

Ces expositions temporaires ont peut-être contribué à limiter la présentation des peintures provenant des collections permanentes du musée.  





A 30 km au sud de Pontarlier, dans l’Hôtel de Ville de Baulmes (Suisse – ville frontière), il est possible de voir trois autres toiles de Gustave Courtois (1852-1923).
Baulmes est la ville natale de Maurice Deriaz (1885-1974), célèbre champion du monde de lutte et de lever de poids.

Gustave Courtois a pris Maurice Deriaz pour modèle dans trois curieuses peintures :
Portrait de l'athlète Maurice Deriaz (1907 – Baulmes)

Hercule aux pieds d'Omphale (1912 – Baulmes)

Persée délivrant Andromède (1913 – Baulmes)